Agenda, L'opposition positive

La part du colibri

C’est le titre d’un beau livre de Pierre Rabbi et aussi la jolie histoire qu’a rappelé Monsieur Jean Christophe Poulet lors du grand débat national organisé à Bessancourt et Taverny les 12 et 13 février dernier. En effet chacun.e peut amener sa goutte d’eau pour éteindre l’incendie.

https://colibris-lemouvement.org/mouvement/legende-colibri

Au quotidien

Je réduis ma consommation d’eau potable

Je mange moins de viande

Je ne mange que des légumes et fruits de saison

Je m’habille dans les recycleries

Je réduis mes déchets (sacs, plus de vaisselles jetables, mois d’emballage), bien sûr je les trie.

Je prends les transports en commun plutôt que la voiture quand je peux, je prends le vélo quand j’ai le temps et le courage.

Je cherche à rénover mon habitat, si j’en ai les moyens et si je suis propriétaire.

Je change mon mode de vie, petit à petit, vers une décroissance choisie.

https://positivr.fr/boycott-consommation-greve-climatique/?utm_source=actus_lilo

Mais je suis un colibri qui a un travail, un niveau de vie correct, je ne suis pas en mode survie.

Des milliers de colibris citoyens engagés individuellement, il le faut, mais ils ne suffiront pas à éteindre le grand incendie.

Il nous manque un facteur commun pour engager de vrais changements, celui de la lutte collective pour porter la pression sur les décideurs politiques, celui qui permet d’infléchir les grandes entreprises.

Sinon comment réduire réellement le gâchis d’énergie, le gâchis alimentaire, rénover l’habitat à grande échelle, revoir la production agricole et mille et un autres sujets sur lesquels nous prenons conscience peu à peu de la nécessité d’agir.

SB

https://www.bastamag.net/

Mobilisons au quotidien et rejoignons les initiatives engagées, le nombre fera la force. Rendez-vous samedi 16 mars 2019

https://laffairedusiecle.net/

Colibri tire son nom d’une légende amérindienne, racontée par Pierre Rabhi:

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! « 

Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

2 réflexions au sujet de “La part du colibri”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s