L'opposition positive

Aller plus loin

Lors de la dernière réunion publique réservée à la concertation sur les aménagements possibles du centre-ville (en mars 2019), un habitant a déploré l’absence d’attractivité du centre-ville, en particulier le dimanche. Il regrettait la fermeture du café-tabac Madison toute la journée et au passage le manque de diversité des commerces locaux.

A ces propos Madame la Maire a répondu de façon opportune, que « la municipalité œuvrait tant qu’elle pouvait pour animer le centre-ville, tout en respectant le droit à la pause dominicale pour la préservation de la vie familiale (on dit bravo!). Le kiosque et l’aménagement du parc Leyma ont été réalisé dans ce sens. La ville de Taverny est une des rares villes à proposer des animations gratuites dans l’espace public… »

Il est certain que nous, les habitant.es du centre-ville avons attendu avec impatience l’ouverture de la saison du kiosque (avril 2019), en souhaitant que la programmation soit partagée comme déclarée (mais « seulement avec des participant.es talentueu.s.es »). Nous regrettons quand même le coût de cet objet fétiche-pastiche fin XIXème.

Nous n’attendons pas que des déclarations d’intention, comme plaquées sur les panneaux de l’expression libre de grandes affiches pour prétendre que « ça bouge à Taverny » en installant 4 tables roses et vertes sur une surface carrelée au centre du marché.

Nous n’attendons pas que des divertissements, on veut construire du lien. On a besoin de partager des moments d’acteurs de la vie publique, non pas seulement spectateurs ou consommateurs. On a besoin de se rassembler pour partager une communauté de pensées pour créer un destin commun.

Pour se faire, il manque l’espace public à disposition. Et pourtant, l’idée de création d’une maison des associations émise par un habitant lors de cette dernière réunion publique a été rapidement balayé d’un revers de main par l’exécutif municipal (maire et adjoints confondus), tandis qu’en préambule de cette concertation, « on avait le droit de rêver ».

Une ou des maisons des associations est une demande forte et symbolique de Défi citoyen Taverny. Cette ville de plus de 26 000 habitants ne dispose pas de cette ressource citoyenne vivace, tandis que beaucoup de villes en France beaucoup moins peuplées, ont construit ce cadre d’accompagnement des activités des habitant.es. Se réunir, discuter, partager des activités sont les bases de la vie démocratique. Où se réunissent les associations et plus largement les habitant.es à Taverny ?

Pour aller plus loin, au-delà du constat, Défi Citoyen réfléchit à la mise en œuvre de maisons des habitant.es, par quartier, dans des locaux mis à disposition par la municipalité ou les bailleurs. Ces maisons citoyennes ne fonctionneraient pas exactement comme le centre social Vigneron rebaptisé « Maison des habitants Joséphine Baker » ce samedi 29 juin 2019.  Nous sommes favorables par ailleurs à l’existence de tels lieux, financés par la CAF et par la municipalité. L’idée est d’aller plus loin encore dans l’implication des habitant.es dans la vie de la ville, pour qu’ils-elles en partagent le mode de fonctionnement.

(voir defi-citoyen.blog rubrique projet)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s