Non classé

Qui plante un arbre, ta verte nie


Planter un arbre

Je n’avais pas compris que la formule signifiait qu’on le laissait tomber, qu’on le faisait déraciner.
Et encore, être déraciné, ce serait se soucier de ses racines, d’un arrachage qui le prélèverait de son sol pour le repiquer ou le déplacer dans une plantation protégée.
Et non, ce sera tronçonneuses, brutalité de machines.

Ces nouveaux radicaux attentent même à la racine en l’anéantissement par la coupe.

Planter un arbre comme on plante un ami pour le laisser choir.
A brève échéance.

– Mais, madame Duchesne, nous plantons des mini-forêts, et nous le faisons savoir dans les journaux télevisés qui nous servent sur un plateau.
Plateau contre des platanes. Et des journaux pour étourdir les étourneaux.
Et tourne et détourne, les étourdis.

Qui plante un arbre t’avertit.
Qui plante un arbre pervertit.
Mère plante un arbre et père verdit.
Les affamés m’étrillent.
Les mal-famés fourmillent.

Pendant qu’ils plantent des mini-forets, ils plantent (abandonnent) les arbres, ils plantent une tronçonneuse dans le dos d’un tronc distrait.

Qui défendra les arbres quand il n’y a pas de cabanes de résistant, pas de branches qui nous rendent inaccessibles les autres branches, pas de troncs francs qui protègent les troncs bientôt désossés en tronçons.

Pleurons les troncs vivants sous les tronçons de bois, les tronçons de routes, les traceurs de morne avenir qui d’un rond point nous font tourner en rond dans le cercle de leur obsession.

Tronconnage
Tronçons d’un autre âge !
Tronçons d’un outrage.
Tronçons de notre rage.

Des tronçonneurs, ces vils-là !

Pas de BAD Bois à défendre mais un bois à descendre, un « bois à ta santé », assoifés de routes ou d’arbres en déroute.

Bien sûr ce ne sont pas défonceurs de forêt mais des forceurs affairés : affairés à déforester, à des faux rester. Rester des faux défenseurs des forêts.
Quel aphorisme pour résister ?

Comment peut-on à ce rond-point butter un arbre ?

-Quel piètre poète vous faites, Monsieur Duchesne.

Mais quel poète aujourd’hui pour opposer aux chaînes le réseau qui ne rompt point?

Il me faut planter le décor! L’installer sur le plan du langage pour le planter.
Planter le décorum de l’agenda 21! Plantage de plant.

Pas de forêt à défendre mais un petit bois, un bois mineur.
Qui défendra la minorité du bois ? Pas les saccageurs de la majorité
Ils ne tolèrent pas les minorités qu’ils écrasent sans pester. À coupe de dix fameuses actions !
Frêles arbres sans protecteurs, mal armés pour la lutte.

Petit bosquet vert dont le nom déformé leur fait peur…

Un petit bois réduit comme peau de chagrin sous les coups de hache de leurs bassesses, sous les coups de projecteurs d’un bassin aquatique olympique où nous irons pleurer notre chagrin.

Au découpage des arbres commence leur découpe du monde, imposant sa scie aux vivants, laissant peu de part au vivant.

Morale du vite scier !
Vite scier et vertes tues !
Voilà l’hommage du vite scié à la verte tue…

Adelphe Duchesne

Je suis le frère Duchesne, la soeur Duchesne.
Je me rêve parfois sous-commandant.e Duchesne, sous la lanterne sans commandement.

Bois VS Rond-Point

Déboisement

Déjà trop tard, mais pourtant…

Malgré nos mobilisations depuis plus d’un an, le petit bois classé des Aulnayes a été rogné de sa lisière ce matin, pour construire un rond-point.

Pour favoriser les flux, la fréquentation d’une enseigne en perte de vitesse, nous ne pouvons nous résigner à assister au saccage des espaces naturels, tandis que nous savons à quel point ils sont précieux pour la biodiversité, dont dépend la survie de tous les êtres vivants.

Ce ne sont que quelques mètres carrés, mais notre inattention collective nous condamne à laisser faire, tandis que nous sommes désormais alertés que la moindre parcelle compte.

Au-delà de la sauvegarde de cette parcelle de bois, il faut voir dans notre détermination, la dénonciation d’une politique d’aménagement du territoire inapte, dépassée, sans vision du lendemain.

Nous dénonçons également l’habillage vert sous lequel ces destructions se font, l’hypocrisie des modes de compensation (replanter des zones déjà naturelles, créer des mini-forêts de brindilles), vendre un agenda 21 et agir en contradiction totale.

Pour rappel Agenda 21 de la ville de Taverny :

Action n°1 : Réviser le PLU en intégrant mieux les enjeux environnementaux et l’innovation écologique. (Cette zone du Bois aujourd’hui détruite, a été déclassée à dessein fin 2019)

Action n°4 : Réduire les îlots de chaleur en ville

Action n°5 : Préserver, connecter et renforcer les espaces verts

Action n°6 : Renforcer la connaissance et la place de la biodiversité dans la ville

Action n°15 : Réduire progressivement la place et l’importance de la voiture en ville.

Rappel de nos mobilisations précédentes et articles :

  • 16 janvier 2021 : mobilisation sous la neige avec les collectifs Changeons d’Ere, Val d’Oise Environnement, Extinction Rebellion, Youth for the Climate, Pacte pour la Transition Val Parisis, Defi Citoyen
  • Septembre 2020 : lettre adressée au préfet à la suite de l’affichage de l’arrêté de déboisement sur le site . Lettre signée par les collectifs (déjà cités) – pas de réponse.

Novembre 2019 : mobilisation devant le conseil municipal pour dénoncer le déclassement du bois au PLU avec la présence de Thomas Brail, les collectifs Changeons d’Ere et Défi Citoyen.

Voir tous les articles sur le sujet à la suite de celui-ci.

L'opposition positive, Projet

Programme du collectif Changeons d’ère à Taverny avec Thomas Cottinet pour les élections municipales 15 et 22 mars 2020

L'opposition positive

Taverny – élections municipales mars 2020

Plusieurs membres actifs de Défi Citoyen Taverny font partie de la liste présentée par le collectif citoyen Changeons d’Ère à Taverny, portant un beau projet de ville en transition.

Martine Barbesant, Sylvie Boulanger, Sebastien Davignon, Fateh Menaa, Sophie Palhares, Catherine Sebag, Vincent Houillon.

Agenda

Forum citoyen pour le climat Sannois

Délégation de Défi Citoyen Taverny au forum citoyen pour le climat ce mercredi 22 janvier 2020 à Sannois

C’est à l’initiative d’une jeune femme que ce collectif de citoyens s’est constitué fin 2019. Quelques mois pour fédérer une équipe au top de l’organisation. Ce mercredi soir, il s’agissait d’interpeller sur les 32 mesures établies par le pacte pour la transition.

https://www.pacte-transition.org/#mesures

Le collectif a présenté les 32 mesures sur le mur en demandant aux visiteurs de voter avec des pastilles, pour prioriser celles qui leur semblaient les plus importantes. Dans la salle, des tables étaient installées autour desquelles explications et débats pouvaient s’engager.

Des représentant.e.s de plusieurs villes de l’agglomération étaient présent.e.s portant la même initiative dans leur ville.

L’objectif est aussi de présenter les mesures du pacte pour la transition aux diverses listes en lice pour les élections municipales, en leur proposant qu’elles s’engagent à le signer.

https://www.facebook.com/events/432504217465277/

Agenda

Réunion publique 16 janvier 2020

Défi Citoyen Taverny vous invite à la réunion publique présentée par le collectif Changeons d’ère à Taverny à la salle Henri Denis à partir de 20:00

Des membres du collectif Défi-Citoyen ont participé à l’élaboration du programme et feront partie de la liste citoyenne présentée pour les élections municipales, approuvant la mise en œuvre de mesures concrètes pour une alternative solidaire, écologique et démocratique à Taverny.

Résistances

Comité de forêt de Montmorency – mardi 22 octobre 2019

Mardi 22 octobre 2019, se tenait le comité de gestion de la forêt de Montmorency au Bois Corbon. L’agence territoriale Ile-de- France Ouest de l’ONF (Office National des Forêts) réunissait les élu.e.s ou représentant.e.s des villes, les chasseurs et les associations vouées à la protection de l’environnement, comme Val d’Oise Environnement, qui nous avait invité. Le Conseil Départemental n’était pas représenté par indisponibilité.

L’ONF communique auprès de ce public de façon récurrente pour établir un état des lieux des forêts de Montmorency et l’Isle-Adam Carnelle. A l’ordre du jour : la carte d’identité de la forêt de Montmorency, les travaux réalisés et engagés par l’ONF, les financements, les problématiques comme les décharges sauvages de déchets et enfin la maladie de l’encre qui décime les châtaigniers.

Demande d’un classement de protection

En préambule, Madame Michèle Berthy, maire de Montmorency et conseillère départementale exhorte les villes à délibérer pour demander un classement de protection de la forêt pour chaque domaine communal. « Il faudrait que toutes les villes concernées fassent la démarche, pour lancer la procédure », déclare-t-elle. Pour l’instant, Montmorency, Saint Leu la Forêt et Saint Brice ont agi. Carole Faidherbe, adjointe au développement durable de Taverny intervient pour dire que la ville a également fait le nécessaire, il y a un an. Madame Berthy engage Taverny à prévenir le comité de gestion des Forêts. ( Correction de notre précédente publication : nous avons retrouvé le compte-rendu du conseil municipal de la ville de Taverny qui date du 28 mars 2019 – page 78). Bouffémont  s’est  inscrit dans la même démarche avec une motion pour le moment.

Cliquer pour accéder à CRCM_28-03-2019.pdf

Protéger la forêt domaniale est essentiel pour limiter l’urbanisation en lisières en particulier.  Le plus efficace serait également de classer les forêts privées en limite du domaine.

C’est la préfecture qui instruit le dossier de demande, à valider par le Conseil d’Etat.

Les travaux de l’ONF

Au quotidien, l’action des forestiers s’articule autour de trois objectifs indissociables : la production de bois, la protection de l’environnement et l’accueil du public.

Outre l’activité sylvicole, la charge des agences de l’ONF est lourde et variée. Elles entretiennent les chemins forestiers, veillent sur la faune, et organisent l’espace pour l’accueil du public. Par exemple, un projet à venir est de mieux signaler les entrées de forêts par des panneaux de sensibilisation, qui invitent les promeneurs à percevoir leur entrée dans un milieu sensible et protégée. En 2020, des travaux d’aménagement des abords du Château de la Chasse sont prévus.

Les lisières des forêts vont être mieux protégées (travail sur les végétaux, les zones humides) pour booster la biodiversité.

Les agents-forestiers nous expliquent alors qu’une grande part du budget est malheureusement absorbé par des travaux de lutte contre les décharges sauvages et le ramassage. Ce sont la plupart du temps des déchets du bâtiment déposés illicitement. Cette problématique commence à être dénoncée au grand jour, tandis que dans le bâtiment les frais de prise en charge et traitement des déchets constituent une part toujours plus grande des dépenses de travaux.

Le budget engagé pour les travaux d’investissement et de maintenance est porté pour une grande part par le Conseil Départemental (80% de l’investissement et 43% du fonctionnement). On peut noter que l’ONF verse un impôt foncier aux communes dont les forêts couvrent les territoires.

ONF-Incohérence entre statut et mission

 « L’ONF est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), chargé de la gestion des forêts publiques, placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. »

L’ONF doit donc équilibrer ses comptes, contrainte entre une politique de production (exploitation pour la filière bois) et la mise en place d’une véritable politique de développement durable.

  • Voir pour creuser le sujet la brochure éditée par Val-d’Oise Environnement et l’union des amis du Parc Naturel Régional Oise Pays de France et de ses 3 forêts.

https://valdoise-environnement.fr/wp-content/uploads/2015/12/guide_foret_mai_2012BD.pdf

La forêt est un bien commun. Elle contribue au maintien de la qualité de l’eau, de l’air, des sols. Ce sont des réserves de biodiversité.

A considérer les forêts uniquement dans une perspective économique, on oublie les aspects environnementaux.

Pourtant le développement de la filière bois est utile à la construction, en tant que matériau durable et une énergie considérée comme telle.

L’enjeu est de concilier exploitation du bois, fréquentation humaine de la forêt et protection de la biodiversité. Or les associations de protection de l’environnement alertent sur les méthodes d’abattage, de mécanisation et de standardisation des produits.

La question de la gouvernance de cet organisme d’état, qui a mission d’exploitation mais aussi de protection est donc essentiel pour garantir un équilibre des massifs forestiers sur le long terme.

La forêt, victime du changement climatique

Il devient d’autant plus important de mettre en place des outils qui puissent gérer l’équilibre des forêts sur une longue échelle de temps entre prélèvement et renouvellement, qu’elles sont victimes de nombreuses crises sanitaires. En Autriche, en Allemagne et dans l’Est de la France, des hectares de bois résineux blancs (pins et épicéa) souffrent et meurent. Les sécheresses favorisent la pullulation des scolytes, des petits coléoptères qui creusent des galeries sous l’écorce des arbres qui coupent la circulation de la sève.

https://reporterre.net/Secheresse-dans-la-foret-vosgienne-sapins-et-epiceas-n-arretent-plus-de-mourir

Dans la forêt de Montmorency, on parle de la maladie de l’encre. C’est le châtaignier qui est décimé par un agent pathogène à l’état latent dans le sol. Il se propage très rapidement à la faveur de printemps humides et de périodes de sécheresse. Les racines se nécrosent entrainant la chute des arbres.

Autrefois privé, le domaine de Montmorency a été planté majoritairement de châtaigniers (70%), arbres exploités dans les années 70. Deux cents hectares seraient touchés.

Avant replantation sur les parcelles atteintes, un travail de sol est nécessaire pour décompacter après abattage et nettoyage, pour ainsi favoriser la replantation d’espèces diversifiées.

L’ONF essaie de travailler par petites parcelles en choisissant les lieux les plus touchés. 65 000 plans ont été réinstallés avec mélange de feuillus (chênes sessiles) et résineux. Le coût est lourd (7000€/ha) pour l’ONF qui cherche des mécènes, car le ministère de l’agriculture ne s’engage pas sur cette problématique, les fonds s’adressant à la crise des résineux dans le Jura et la Franche-Comté.

L’ONF n’a pas pris le parti d’interdire l’accès à la forêt, seules des zones témoins en cours d’étude ne sont pas accessibles.

Saint-Leu-la Forêt et Baillet en France sont les deux seules villes à avoir organisé des réunions publiques pour avertir les habitant.e.s.

La forêt, enjeu politique et citoyen

Tout comme l’eau, l’air, le paysage, la forêt est un bien commun et non une marchandise. Son exploitation doit d’abord se conjuguer avec sa protection.

Même si la mission première de l’ONF est l’exploitation des forêts, les Agents forestiers très investis aiment leur métier et voudraient s’inscrire dans une politique régénératrice de la ressource en contradiction avec une logique intensive et mercantile.

https://reporterre.net/appel-a-un-grand-debat-public-sur-la-foret-notre-bien-commun

Les élu.e.s locaux croisés au cours de cette réunion semblent à l’écoute mais entendent-ils réellement l’enjeu, apportent-ils réellement les moyens, ou sont-ils pour certains ou certaines  plus soucieux de gérer la non contestation citoyenne ?

Comme pour tous les sujets environnementaux, la vigilance des citoyens et citoyennes est nécessaire et salutaire, pour préserver biotopes et ressources au nom des générations à venir.

http://europeanwater.org/fr/actualites/nouvelles-diverses/394-manifeste-pour-les-biens-communs-dans-l-union-europeenne

L'opposition positive

Le Pôle de Santé au banc d’essai

Dans le dernier numéro de Taverny Mag, la mairie consacre un dossier à l’inauguration du Pôle de Santé.

En toute logique, nulle mention n’y est faite de la manifestation organisée ce jour-là par les nombreux opposant.e.s à ce coûteux projet (voir notre premier article sur le sujet).

Dans le parti pris de l’article, à la manière de Baudelaire dans son invitation au voyage, « tout n’est qu’ordre, beauté, luxe, calme et volupté ». Des élégants et des élégantes avaient revêtu leur plus belle tenue de soirée estivale. Un cliché nous montre Valérie Pécresse – la présidente de Région ayant répondu à l’invitation de sa collaboratrice Florence Portelli – riant aux éclats…

Un intertitre de l’article évoque « un pôle attractif et complet ».

On peut se demander pour qui cet équipement est le plus attractif : pour les usagers ou pour les praticiens qui y exercent ?

En effet, on avait déjà évoqué les conditions très favorables dont bénéficient ces médecins. Il ne s’agit pas encore une fois de mettre en doute leurs compétences, mais de s’interroger sur l’accès aux soins que permettra (ou non) cette structure.

Nous avons consulté la fiche Doctolib des 10 spécialistes mentionné.e.s dans l’article (ce site internet où l’on peut prendre ses rendez-vous médicaux). Sur 10 médecins, deux seulement font œuvre de transparence et évoquent leur mode d’exercice, autrement dit leurs honoraires, l’une en secteur I, l’autre assumant son secteur II. Les huit autres ne font pas mention de leur dépassement d’honoraires, qui constitue un reste à charge pour les patient.e.s n’ayant pas de mutuelle et demeure la principale cause de renoncement aux soins. Pour en être informé.e, il faut appeler le pôle de santé. On aura alors l’occasion de mettre en application l’adage selon lequel « patience est mère de sureté » avant que l’hôtesse d’accueil que l’on imagine volontiers seule à son poste, ne prenne la communication et réponde à nos questions.

Pour une consultation avec un généraliste, passez votre chemin puisque aucun nouveau patient n’est pris en charge par les quatre généralistes du Pôle. C’est sans doute ça « le pôle complet » que nous vend la Mairie.

Par contre, si vous avez des problèmes de peau (peut être que la politique municipale vous donne des boutons..), vous avez quatre dermatologues sous la main. Quatre dermatos sur dix spécialistes, donc. Voilà une vision de la demande de soins et de la démographie médicale bien singulière… A côté de ça, ni cardiologue, ni pneumologue, endocrinologue ou psychiatre dans ce pôle de santé « complet et attractif. » – S.D.

Agenda, L'opposition positive

Jardin Potager Partagé Acte 2 Quartier Mermoz-Guynemer

Actions -revue de presse, L'opposition positive

Rassemblement jeudi 26 septembre 2019

https://www.google.com/amp/www.leparisien.fr/amp/val-d-oise-95/taverny-l-environnement-s-enracine-dans-la-campagne-des-municipales-30-09-2019-8162940.php

https://actu.fr/ile-de-france/taverny_95607/val-doise-taverny-coupes-darbres-face-rassemblement-opposants-maire-se-defend_27561535.html

https://actu.fr/ile-de-france/taverny_95607/val-doise-taverny-coupes-darbres-face-rassemblement-opposants-maire-se-defend_27561535.html