Monnaie locale, Projet

Avoir la Pêche

la peche monnaie locale

Penser global, agir local

Une monnaie locale complémentaire vise à stimuler l’économie sociale et solidaire

Rencontre du dimanche 13 janvier 2019 à Montreuil avec Brigitte Abel la vice présidente, Eric, un commerçant membre du bureau… Marc, Bakari et bien d’autres autour d’un petit déjeuner, dans un local prêté par la ville près du cinéma Méliès et leurs réponses à mes premières questions.

Constat : Partout où elles existent en France et dans le monde, les monnaies locales aident au développement de l’économie locale, génèrent de la richesse et de l’emploi par la circulation d’une monnaie qui ne peut pas partir dans les paradis fiscaux.

Partant du fait que la monnaie locale de Montreuil, LA PECHE, a vocation à s’étendre sur toute l’île de France, pourquoi irions nous inventer une autre monnaie ? Déjà présente dans le 93, 94 et commence à Paris. Nous pourrions facilement et avantageusement l’introduire dans le 95, à Taverny, à Pierrelaye…Il faudra créer une asso spécifique. Pas forcément de suite. Eux ils sont contents de trouver un écho dans le 95. Et en plus, il n’est pas indispensable que la ville soit d’accord !

On peut se rattacher à la Pêche de Montreuil ou à la Monnaie pour Paris, asso qui utilise les Pêches à Paris. Déjà des habitants de Cergy ou Pontoise sont allés les voir. Sans suite. On pourrait essayer de les contacter. Le grand avantage c’est que les billets existent, il suffit d’adhérer et d’acheter des Pêches, monnaie hautement sécurisée, dans les comptoirs d’échanges. Tout le travail juridique en amont est près à être utilisé. Et ils sont heureux de s’introduire dans le 95 !

Discussion : Comment intéresser les commerçants ?

C’est une sorte de LABEL pour eux. Ils auront plus de clientèle et en général différente. Il faut faire découvrir cette monnaie aux commerçants. Ils connaissent les tickets restaurants. Pour la compta c’est simple, un euro = une pêche. Il faut développer auprès d’eux, les 4 valeurs défendues par la pêche, 4 BONNES RAISONS D’AVOIR LA PÊCHE :

  • Encourager l’économie réelle et locale .(économie circulaire
  • Valoriser les circuits éthiques et solidaires (agriculture paysanne, vente directe, liens
  • Réduire notre empreinte écologique (circuits courts : moins de transport, réparations
  • Combattre les paradis fiscaux et la spéculation

On peut chercher une épicerie (bio), le libraire, le bar à bières et des services (coiffeur, plombier, garagiste…) pour rendre l’échange circulaire. Le libraire fait réparer sa voiture …l’épicier va chez le coiffeur…

Pour les commerçants çà rompt l’isolement (d’après Eric, bar à bières et fromages, qui propose des fromages suspendus et un banquet solidaire…) çà les valorise et amène de nouveaux clients par le bouche à oreille. A terme il faudrait que leurs fournisseurs prennent les PECHES ainsi que les fournisseurs des fournisseurs. J’ai le vertige…

La liste des lieux qui prennent la pêche paraît un peu bobo mais faut bien commencer…

Comment on commence ?

Le mieux est de rassembler des commerçant-e-s intéressé-e-s, des habitant-e-s et de faire une réunion autour d’un film comme DEMAIN ou un autre. Eux se proposent de venir l’animer pour présenter les avantages de la monnaie locale et montrer tous les documents qui existent. Ils veulent bien faire une réunion spécifique pour nous dès qu’on veut.

Comment çà marche ?

On adhère et on achète des pêches, 1 pêche = 1 euro. On choisit une asso (la Pêche, Terre de liens…) qui recevra 3% de l’argent échangé par ces parrains. L’argent en EUROS est déposé à la NEF, banque éthique qui prête à des projets éthiques, double effet.

On peut aussi suspendre 5 pêches qui seront offertes à quelqu’un.

L’asso songe aussi à une carte numérique rechargeable en pêches.

Le commerçant aussi doit adhérer et lui peut ré-échanger ses pêches en euros, s’il le veut mais il perd 3%. Pour lui c’est comme la carte bleue ou le chèque restaurant ou quand il fait une pub. Mais c’est mieux, car il peut ne rien perdre s’il va dépenser ses pêches chez les autres commerçants. Il peut payer ces employés, fournisseurs en partie en pêches. Tout est légal. Première ville : Bayonne paye ces employés en partie en Eusko.

Pour l’adhésion des commerçants je n’ai pas eu le temps d’avoir plus d’infos.

Pour s’informer :

Films :

  • Qui sauve qui ? en 2014, sur le sauvetage des banques…
  • Demain , en 2015 en intégral sur Ytube

J’ai reçu un accueil très chaleureux et ils étaient aux petits soins. C’était top !

Catherine Sébag

P.S / Petite annonce : la PECHE cherche un Service Civique d’urgence, une personne qui pourrait nous aider d’ailleurs !

Monnaie locale, Projet

Petite histoire

Histoire d’hôtel à méditer :

Un voyageur entre dans un hôtel et demande une chambre. Il laisse 100 € sur le comptoir et monte avec la clef.

L’hôtelier les donne aussitôt au plombier qui vient de finir de réparer une petite fuite.

Le plombier est content, il passe acheter de la viande pour midi et annule son ardoise en donnant ces 100 € au boucher qui lui avait fait crédit.

Le boucher se souvient qu’il doit cette somme de 100 € à l’hôtelier qui avait logé ses beaux-parents, le week-end dernier. Il va payer l’hôtelier avec ce même billet.

Mais, le voyageur redescend, il ne prend pas la chambre, une urgence à régler. Il récupère son billet sur le comptoir et part.

Tout le monde a été remboursé. Personne n’a rien dépensé. Quel est ce mystère ?

CS

Monnaie locale, Projet

Monnaie Locale

Qu’est-ce qu’une monnaie locale ?

Une monnaie locale est une monnaie non soutenue par un gouvernement national et destinée à n’être échangée que dans une zone restreinte, généralement à l’échelle d’une ville ou d’une région. Les monnaies de ce type sont une forme de monnaie complémentaire. Destinées à favoriser l’économie locale, elles sont souvent appuyées par les commerces et services de proximité et ne concernent qu’un éventail réduit de biens et services. On ne peut donc payer avec cette monnaie que certaines marchandises. Ce sont des monnaies qui ne génèrent pas d’intérêts financiers ou spéculatifs et qui ne prennent valeur que dans l’économie réelle.

Dans quels buts ?

Une monnaie locale peut servir à payer des achats du quotidien dans le cadre du commerce de proximité, de la vente de produits locaux.

La monnaie locale sert en général à développer l’économie locale en favorisant le commerce et la production de proximité. Par exemple, il n’est pas possible d’utiliser une monnaie locale dans un supermarché ou un hypermarché.

La monnaie locale peut également servir à développer des projets solidaires.

Il n’est pas possible de déposer de la monnaie locale sur un compte en banque.

Quels avantages ?

Les monnaies locales ont tendance à circuler plus rapidement que les monnaies nationales. La même quantité de monnaie en circulation est employée davantage de fois et entraîne une activité économique globale plus importante.

Les monnaies locales permettent à une communauté d’utiliser pleinement ses ressources productives existantes, tout spécialement la force de travail inemployée, ce qui a un effet catalytique sur le reste de l’économie locale. Elles sont fondées sur le postulat que la communauté n’utilise pas pleinement ses capacités de production, par manque de pouvoir d’achat local. La monnaie alternative est utilisée pour augmenter la demande, d’où une plus grande exploitation des ressources productives.

Puisque les monnaies locales ne sont acceptées qu’au sein de la communauté, leur usage encourage l’achat de biens et de services produits à l’intérieur de celle-ci. Par exemple, le travail de construction entrepris avec des monnaies locales emploie de la force de travail locale et utilise autant que possible des matériaux locaux.

Les monnaies locales fonctionnent généralement dans des zones géographiques relativement petites et elles encouragent le recyclage en favorisant la réduction des émissions de carbone liées au transport et à la fabrication des biens. En ce sens, elles font partie de la stratégie économique de nombreux groupes écologiques orientés vers des pratiques de vie durable.

Comment se procurer de la monnaie locale ?

Pour s’en procurer, il est nécessaire d’adhérer à une association ou une communauté porteuse d’un projet de monnaie locale. Auprès de cette association, on peut se procurer la liste des commerces qui acceptent le paiement en monnaie locale.

Il existe actuellement en France une cinquantaine de monnaies locales complémentaires en circulation.

Elles sont recensées sur le site http://monnaie-locale-complémentaire-citoyenne.net

Voir les deux articles suivants :

https://www.politis.fr/articles/2018/06/monnaies-une-soif-dalternatives-38922/

https://www.politis.fr/articles/2017/12/bienvenue-en-zone-eusko-38120/

SD