La poste de Taverny

A la réunion publique de lundi 18 mars 2019, nous avons appris que l’agence postale du centre-ville était menacée de fermeture. D’après Madame la Maire, la ville « n’a pas de pognon » pour réhabiliter le bâtiment qui s’écroule.

On sait que la politique de la poste est de supprimer partout sur le territoire, le service à la population par les guichets : dématérialisation maximale, service en direct par les boites aux lettres des particuliers. La Poste demande aux communes qui souhaiteraient conserver un service local, de prendre en charge le financement du personnel. Dans les faits, l’agent d’accueil de la commune, remplit aussi le rôle d’agent de la Poste sur un mi-temps. Dans les villes les plus importantes, il ne restera sur le terrain que les grands bureaux centraux, comme l’agence de Taverny rue d’Herblay.

La municipalité se dit attachée à conserver ce service public dans le centre-ville, mais refuse de prendre en charge le poids des salaires à la place de la Poste. On peut le comprendre, mais Madame La Maire défend par ailleurs une politique libérale de réduction de postes de fonctionnaires (candidate aux primaires LR). La municipalité a privatisé des services de la ville. Elle a par exemple supprimé le service de soins à domicile communal (10 aides-soignantes mise au chômage en janvier dernier).

Quant au bâtiment, en bien mauvais état c’est vrai, que deviendra-t-il ? S’il n’est pas réparé pour maintenir l’agence postale, sera-t-il déconstruit ?

Une piste est étudiée, celle d’installer un guichet postal à la gare dans un local inoccupé, pour créer un pôle de service, bien pratique pour les voyageurs. S’il n’y a pas de maintien de personnel par la Poste, et aucun pris en charge par la ville, il ne s’agira que d’un guichet automatisé qui ne rendra pas le même service, à l’instar du distributeur de pains qui pallie la fermeture de la boulangerie aux Sarments.

C’est toute une incohérence des choix politiques municipaux qui est mis à jour. Le discours est victimaire : la baisse des dotations (certes une réalité), le chaos hérité des mandats précédents (il y aurait beaucoup à dire sur ce sujet), la versatilité des habitant.es qui ne comprennent rien… 

Pourtant, une autre politique de la ville est possible avec une autre vision du bien commun, d’autres priorités, une histoire de choix qu’il nous importe de mettre en évidence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s