L'opposition positive

LaïCITé?

Le concept de la laïcité n’est pas facile à manier. Difficile de ne pas dire n’importe quoi et de ne pas stigmatiser certaines catégories de la population avec ce sujet.

Au cours de la réunion de concertation sur le quartier des Ecouardes qui s’est tenue à Taverny, le lundi 6 mai, Florence Portelli, maire de Taverny et donc de tous.tes les Tabernacien.ne.s ,évoquait ce qu’elle considérait comme un problème avec un commerçant qui ne vendait pas de porc et d’alcool et faisait le lien avec le respect de la laïcité.

Quel rapport ?  On n’oblige pas un marchand de chaussures à vendre de la laine, ni un coiffeur à vendre des médicaments.

Chaque commerçant n’est-il pas libre de vendre ou de ne pas vendre ce qu’il veut dans son commerce du moment qu’il respecte la loi.

Tout ceci n’a rien à voir avec le respect de la laïcité, il s’agit pour Madame la Maire de stigmatiser certaines et certains. L’ancienne prétendante à la chefferie des Républicains avait déjà entamé sa danse du ventre auprès des électeurs dans l’introduction de son Agenda 21, distribué à grands frais dans nos boites aux lettres, censé illustrer le verdissement de la politique de la ville. Elle y évoque « le dérèglement climatique [qui] va avoir (et commence déjà à avoir) des conséquences terribles en matière (…) [d’] immigration de masse qui sera très difficile à intégrer. »

On peut s’interroger sur ce prérequis qui consiste à croire (ou faire croire) que toute immigration est difficile à intégrer. On peut surtout penser, que ceux sont certain.e.s migrant.e.s qui posent problème à la municipalité puisque à côté de çà d’autres communautés sont courtisées. On pense à nos ami.e.s portugais.e.s que la Mairie, dans une manœuvre grossière, incitent à créer une association.

SD